Oboe Paris, joueuseRichesse du hautbois en 2018

Nous voici à la 18e édition du festival et nous avons toujours autant de choses intéressantes à vous faire découvrir dans ce programme, comme toujours très varié. Plus que jamais attachés au développement du répertoire, l’édition 2018 vous proposera ainsi des escapades de création et d’improvisation pensées comme des échos aux œuvres baroques, classiques, romantiques qui font le fil conducteur du festival.

Le festival est aussi une période riche pour la vie du hautbois, cet année tout particulièrement : nous organisons plusieurs master class ouvertes à tous, l’une en février sur le répertoire du hautbois, l’autre en mars sur la posture, la respiration et l’attitude sur scène, suivie d’une master class d’improvisation. Le festival rejoint également ses amis pour un stage de musique de chambre du 19 au 21 février, à ne pas manquer !

Nous accueillons cette année Marika Lombardi, Marianne Legendre, Fabio d’Onofrio, Olivier Rousset, Ilyes Boufadden, Michaela Hrabankova et Violaine Dufès.

Les master class sont gratuites et les concerts sont pour la plupart à participation libre. Les aides du monde du hautbois et de vous, le public, sont toujours ce qui permet à ce festival de continuer à exister, et aux artistes de vous donner le meilleur de leur art. Merci !

« Une manifestation unique en son genre, entièrement dédiée à cet instrument-phare de l’orchestre dont l’Ecole française est probablement la plus prestigieuse du monde. » [La Terrasse]

« Instigué il y a huit ans par la fameuse hautboïste Marika Lombardi, ce festival permet de goûter pleinement aux charmes de l’instrument ». [Le Pariscope]

« Souvent admiré dans l’orchestre pour sa douceur acidulée, le hautbois est peut-être moins connu comme instrument soliste. Voilà de quoi réparer cet oubli grâce à d’excellents interprètes ». [La Croix]

« On peut enfin se régaler de la finesse poétique et agreste de ce merveilleux instrument (…) que l’on met rarement en vedette hors de l’orchestre. (…) Une série de concerts où l’on entendra le hautbois dans tous ses états ». [Le Figaroscope]